Serge Rezvani, né Cyrus Rezvani en 1928 à Téhéran (en Iran), est peintre, graveur, écrivain, poète, auteur-compositeur et interprète.

Il s'initie au dessin et à la peinture à la Grande-Chaumière à Montparnasse, et commence dans l'Atelier d’Émile Othon Friesz jusqu'en 1946. Un an plus tard, il réalise, en collaboration avec Paul Eluard, les gravures d'un livre tiré à quinze exemplaires «Elle se fit élever un Palais». Il participe à cette époque aux expositions de groupe « Les Mains éblouies » à la Galerie Maeght avec Pierre Dmitrienko, Jacques Lanzmann et Jean Signovert. Il travaille ensuite avec Raymond Mason qui tient une place importante dans son évolution artistique.

Dès les années 50, il acquiert une notoriété par ses tableaux abstraits. Il est exposé par la Galerie Berggrüen en 53 et par Lucien Durand chez qui il côtoie les peintres de sa génération, tels que Pierre Dmitrienko et François Arnal. Plus tard, la Hanover Gallery de Londres expose ses œuvres. En 1956, il réalise les 150m² de vitraux en dalles de verre de couleurs de l'église moderne Sainte-Anne de Saint-Nazaire.

Ses œuvres sont présentées plus tard à l'ARC (Animation – Recherche – Confrontation), au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris et par le Centre Georges Pompidou. À partir des années 90, il s'oriente vers une peinture plus figurative qu'il présente en 1999, lors de la Biennale de Venise. Il n'a depuis jamais arrêté la peinture, l'acte de peindre étant pour lui une « prise de position sensuelle de l'univers ».

Son style : dans l’après-guerre souffle une énergie nouvelle, pour beaucoup de jeunes de cette génération la peinture figurative est alors dépassée. Souhaitant appliquer les leçons de Vassily Kandinsky, il se fait connaître comme jeune peintre abstrait, avec notamment Pierre Dmitrienko et François Arnal : l'abstraction lyrique prend son envol. Les couleurs chaudes et l'expression des artistes prennent le pas sur les formes géométriques froides et impersonnelles. Rezvani pratiquera une abstraction totale sans aucune association avec des éléments quelconques de la réalité, abstraction comme celle de Serge Poliakoff (des lignes sinueuses qui s’entrecoupent avec grâce). Les œuvres de cette période lui ont valu une estime d’esthétisme et de raffinement.

 < Serge Rezvani (Né en 1928), Composition Abstraite, huile sur papier, 30 x 33 cm.

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail