James Pichette

James Pichette (1920-1996) est un peintre français associé au courant de l’art informel. Il est le frère du poète Henri Pichette.

Des suites de la guerre, il est contraint à un séjour prolongé en haute montagne savoyarde. C’est là, en 1942, qu’il commence à peindre des tableaux figuratifs. En contacts avec la Résistance, il participe à des parachutages. Après la libération de Paris, il rentre à la capitale.

Après avoir hésité avec une carrière d’acteur, il opte définitivement pour celle de peintre après la guerre.En 1947, il expose pour la première fois au Salon des Surindépendants. La même année, il part pour l’Italie et travaille dans les studios de Cinecittà, où il réalise ses premières œuvres abstraites.

En l950, il expose au Salon des Réalités Nouvelles. Il obtient en 1952, une bourse d’études pour les Pays-Bas et devient pensionnaire de la Maison Descartes, à Amsterdam. Il y admire les oeuvres de Piet Mondrian et de Georges Vantongerloo. Son travail évolue alors vers une abstraction construite et rigoureuse. Dans le milieu des années 1950, il aborde une abstraction plus lyrique.Le Salon d’Octobre (1952-1953) de Charles Estienne mène l’offensive abstraite lyrique à laquelle à ses côtés participe aussi Huguette Arthur Bertrand. En 1960, l’artiste se rend à New York où il rencontre le sculpteur Alexander Calder et le peintre Sam Francis dont le travail est caractérisé par la projection de taches et de coulures. À son retour, James Pichette laisse une large place à la gestuelle. Son œuvre devient plus lyrique, caractérisé par la liberté et la spontanéité. De larges bandes de couleurs envahissent l’espace. Il se passionne pour le jazz et se lie d’amitié avec de grands musiciens de jazz. De retour en France, il collabore alors à différentes expériences de jazz-peinture dont le premier festival de free jazz à Bobino en janvier 1967.

Il réalise sa première œuvre monumentale à Vitry-sur-Seine, en 1971.

En 1976, James Pichette enseigne à l’École Nationale d’Art Décoratif, à Nice. Il expose régulièrement au Salon des Grands et Jeunes d’Aujourd’hui et au Salon de Mai. Le cercle fait son apparition dans ses oeuvres en 1970. En 1985, c’est le début de l’« Espace jazzique », thème qui occupe longuement sa peinture jusqu’à la fin de sa vie.

James Pichette a également réalisé des céramiques, tapisseries, meubles et objets de décoration.

James Pichette, Composition 1947, encre et gouache sur papier, 15x21cm